La reconnaissance : un incroyable levier pour booster l’engagement de vos collaborateurs

La reconnaissance : un incroyable levier pour booster l’engagement de vos collaborateurs

Face au gel constaté des augmentations salariales et à l’obstination de certains managers à faire obstacle à la démocratisation du télétravail, faire décoller l’engagement collaborateur semble peine perdue. Par chance, il existe une mesure qui ne coûte rien et qui fait sacrément du bien : la reconnaissance. Loin de se prêter qu’aux seules performances, la reconnaissance peut récompenser par des mots, efforts consentis comme comportements positifs. Continue et régulière, la culture du feedback est à même de booster la performance et l'engagement des collaborateurs. Tel Michael Scott, le directeur de la papeterie Dunder Mifflin dans la série The Office, avez-vous cette personne si spéciale, mais bien sûr que oui : vos employés.

Les bénéfices de la reconnaissance ou le feedback positif

La reconnaissance permet de booster performance et engagement en interne tout en agissant sur la rétention des talents. Elle permet de célébrer une compétence, de récompenser des efforts consentis par vos équipes, une forte implication ou encore un comportement vertueux (participation, entraide, écoute, mise en valeur du savoir-faire d’autrui). Régulier et constructif, un feedback permet d’apaiser les tensions et surtout d’éviter l’escalade émotionnelle.  

On ne le répètera jamais assez : un employé épanoui, heureux est davantage performant et fidèle. Mais attention, si un devoir de reconnaissance s’impose, il doit se faire dans les règles de l’art.

Pour être accepté et acceptable, tout feedback se doit d’être : 

  • personnalisé, 
  • précis,
  • sincère
  • factuel. 

Et, surtout, il ne doit pas prendre la forme d’un jugement ou d’une interprétation. Le meilleur moyen d’éviter cela est de commencer votre formulation par quelque chose comme “J’ai observé que... lorsque tu as…”

Sachez aussi que, par souci d’équité, tout feedback doit être modulé en fonction du des efforts mobilisés, de l’impact du travail sur le projet et du profil de l’intéressé.

Au risque de doucher vos espérances, sachez qu’une reconnaissance officielle en public est loin d’être une si bonne idée.

D’après l’étude Deloitte “The Practical Magic of Thank You” (juin 2019), seuls 18% des employés préfèrent une reconnaissance publique et expansive.

Aussi, si vous comptiez sur une cérémonie de remise de prix façon Dundies - comme dans la série The Office avec des titres farfelus comme Don’t go in there after me award ou Whiter sneaker award - pour booster le moral de vos troupes, faites une croix dessus. En revanche, si vous pensez qu’il n’y a rien de tel que d’être en pleine lumière pour reprendre du poil de la bête, vous pouvez opter pour une reconnaissance publique mais collective de vos équipes

Vous l’aurez compris, lorsqu’il s’agit de récompenser une action ou un comportement individuel, mieux vaut offrir des signes de reconnaissance intimistes comme :

  • Un message de remerciement personnalisé de la part du N+1 (papier ou mail),  
  • La reconnaissance d’un cadre dirigeant. Celle-ci peut prendre la forme d’un email, d’un déjeuner ou bien encore de la programmation d’un café. 

Les risques du manque de reconnaissance

Avant d’analyser les risques du manque de reconnaissance, allons plus loin en faisant le distingo entre deux éléments la reconnaissance et la considération. Si la reconnaissance agit telle une récompense suite à un résultat ou un effort, la considération reste un pré-requis en ce qu’elle reconnaît le rôle d’un collaborateur en tant que personne ET en tant que collaborateur. Or, l’une comme l’autre peuvent faire défaut avec des résultats désastreux sur l’engagement individuel. 

Selon une étude de la DARES de janvier 2016, le manque de reconnaissance multiplie par trois le risque de maladie et double l’état dépressif chez les collaborateurs. 

Vous le savez, le burnout, ce mal-être endémique touche en premier lieu les collaborateurs qui se surinvestissent dans leur travail sans en récolter les fruits. Dans leur ouvrage The truth about burnout, Maslach et Leiter ont confié au magazine The Conversation que le burnout n’est pas affaire d’individu mais de cadre de travail (et donc de culture). 

Selon eux, un burnout a de très fortes chances de survenir lorsqu’on observe des dysfonctionnements cumulatifs quant au degré de contrôle, à l’égalité de traitement, à l’esprit de communauté, la charge de travail ou l’attribution de récompense. 

Le manager, figure décisive dans la reconnaissance du collaborateur 

Une récente étude du cabinet Elan Edelman rapporte que les français font, essentiellement - et même exclusivement - confiance à leur patron pour impulser une énergie positive et donner un cap en pleine crise pandémique. 

A ce titre, le manager a  sa part de responsabilité dans l’épanouissement des collaborateurs. “Soutenir et promouvoir” telles sont les attributions de tout manager qui se respecte vis-à-vis de ses collaborateurs. 

Or, comme le dit un dicton que nous avons déjà abordé par le passé, “on rejoint une entreprise, on quitte un manager”. De ce point de vue, de nombreux managers partagent encore l’idée fausse que la meilleure récompense à attribuer reste d’ordre monétaire.  

Ce faisant, la bonne tenue d’un feedback régulier comme son usage adéquat dépend d’abord du comportement du manager. 

D’où la nécessité de s’équiper d’un outil RH adéquat, capable de rappeler les grands rendez-vous professionnels avec chacun des membres de votre équipe et de rendre lisible les données les concernant. Ainsi, outre sa fonction première de gestion et de planification des entretiens et autres évaluations, la solution Elevo permet de déployer facilement des actions de feedbacks 360

Un élément à ne pas négliger - bien qu’il soit plutôt de l’ordre élémentaire de la considération - c’est de saluer l’ensemble des collaborateurs et a fortiori de son équipe

Toute journée commence par un bonjour et se termine nécessairement par un bonsoir accompagné de l’anticipation des retrouvailles (à demain, à la semaine prochaine…). 

Pour ne pas se voir reprocher un manque flagrant d’empathie, il convient de manifester sa satisfaction en cas de résultat positif. Elle peut prendre la forme de remerciements, d’encouragements ou encore de félicitations. Le meilleur moyen pour accroître l’engagement des collaborateurs et renforcer leur estime de soi consiste à rappeler et préciser le rôle et l’impact qu’ont chacun des collaborateurs dans les succès de l’entreprise. Quoi de plus frustrant que de ne pas percevoir les tenants et aboutissants de son travail. 

La satisfaction du besoin de reconnaissance du collaborateur dépendra aussi du degré de confiance du manager. En effet, l’autonomie accordée aux collaborateurs reste l’un des plus importants témoignages de reconnaissance. L’autre moyen consiste à impliquer davantage les collaborateurs dans les prises de décision stratégique

Enfin, une autre option consiste à partager des signes de gratitude. Et quoi de mieux que le feedback entre pairs pour y parvenir. 

Vous l’aurez compris, pour donner à voir une meilleure communication et booster la reconnaissance de vos employés, la solution Elevo est un précieux allié. 




Introduction au Feedback 360°

Comprendre la démarche et évaluer son intérêt pour mon entreprise.
Temps de lecture : 
9
 min
La reconnaissance : un incroyable levier pour booster l’engagement de vos collaborateurs

Nos ressources pour mieux manager vos équipes

Livres blancs, Webinars, Outils et vidéos